Je ne suis plus celle que j’étais, et je ne connais pas encore celle que je suis devenue ….

C’est ce que ressentent les personnes pendant l’accompagnement en coaching. Qu’il s’agisse d’un coaching professionnel ou de vie.

 

Ce sas, entre l’ancienne personne et la nouvelle en devenir, est fondamentalement inconfortable. Justement parce que nous ne savons plus quelles sont nos fondations.

 

Les anciens repères ne sont plus, et souvent parce que nous n’en voulons plus. Ils relèvent du scenario passé, dont la date de consommation est largement dépassée.

Se débarrasser de ce qui n’a plus de raison d’être est souvent la demande, directe ou indirecte, à l’origine du coaching.

En me débarrassant de ce dont je ne veux plus, je libère l’espace qui permettra d’accueillir la « nouvelle version » de qui je suis. Et si le travail a été fait en profondeur, il ne s’agit pas d’une version d’adaptation. Il s’agit de la version la plus proche de l’âme originelle.

 

Cette « renaissance » prend du temps ; nécessite de prendre des décisions ; de conserver les mêmes choix, en toute connaissance de cause ; de faire des erreurs afin d’en apprendre l’essentiel ; de se confronter à notre nouveau regard sur la réalité.

 

Il s’agit là de faire le deuil de la personne, et de la vie, dont vous ne voulez plus. Cela ne signifie pas tout rejeter, simplement conserver ce qui relève de votre réelle volonté, de vos véritables besoins, voire envies.

 

Selon Elisabeth Kebler Ross, le deuil comporte 5 étapes : le déni, la tristesse, la colère, le marchandage et, enfin, l’acceptation. Faire le deuil de son ancienne personnalité pour se connecter à qui nous sommes vraiment est nécessaire pour construire de nouvelles fondations.

 

Accueillez donc avec joie et bienveillance l’inconfort de cette période : il est la manifestation la plus confortable du travail que vous avez accompli et de l’œuvre que vous êtes en train de bâtir.

 

Vous plaindre ou vous lamenter serrait revenir en arrière, donner du pouvoir aux archétypes de votre ancienne personnalité et vous éloigner de nouveau de vous même.

 

Alors souriez …… à qui vous êtes : vous même !

Archives

2018 (2)